Hommage à Daniel B. Lafrenière – Un syndicaliste engagé, un militant coloré et authentique

Alors qu’il nous quitte pour relever de nouveaux défis après de nombreuses années de syndicalisme, Louise Chabot a rendu un hommage bien senti à Daniel B. Lafrenière, un homme engagé et apprécié.

Elle a rappelé à tous les congressistes que le secrétaire-trésorier de la CSQ n’a jamais oublié d’où il vient et qu’à cet effet, il a toujours défendu avec énormément de convictions les intérêts du personnel de soutien scolaire, comme c’était encore le cas récemment alors que se tenait la première conférence internationale pour les personnels de soutien à l’éducation et qu’il obtenait, au prix de nombreux efforts, la Journée internationale des personnels de soutien à l’éducation.

Fier ambassadeur de la CSQ sur la scène internationale, notamment au sein du Bureau exécutif de l’Internationale de l’Éducation, il a toujours été une voix importante pour partager les préoccupations et les revendications des membres de notre centrale.

Son action quotidienne a démontré tout l’amour qu’il porte à la culture et à son rayonnement, en menant diverses causes dont la défense de la langue française, le maillage éducation-culture, l’appui aux artisans et aux artistes pour l’amélioration de leurs conditions d’exercice et la reconnaissance de leur travail.

Louise Chabot a rappelé que Daniel B. Lafrenière, résolument un homme d’équipe, a une personnalité rassembleuse qui facilite les consensus et favorise la solidarité autour de divers enjeux, même les plus délicats. Ainsi, il a assumé de multiples responsabilités et relevé de nombreux défis, que ce soit du côté des finances, des assurances, des communications ou de l’organisation syndicale.

« Cher Daniel, dans chacun de ces secteurs, tu as fait une différence. Je te remercie particulièrement de ta bienveillance à l’endroit de tout le monde au cours de la période difficile que nous avons traversée durant la campagne des fusions d’établissement en santé. Après toutes ces années, j’ose dire que tu es non seulement un collègue que j’apprécie beaucoup, mais également un ami. Je ne garde que de bons souvenirs des luttes que nous avons menées ensemble », a souligné Louise Chabot, émue.

Visiblement touché, Daniel B. Lafrenière a insisté pour dire que ce fut un privilège de côtoyer des militantes et des militants aussi engagés. Il a formulé quelques souhaits : « Les jeunes membres de notre centrale assureront à leur tour la vitalité de notre organisation durant les prochaines années. Je revois dans leurs yeux cette étincelle que j’avais moi-même lorsque j’écoutais à mes débuts les chefs syndicaux. Faisons-leur confiance et donnons-leur la place qui leur revient. Un autre souhait : souvenons-nous que la culture et l’éducation sont indissociables, et cela passe, entre autres, par la défense de notre langue. Il faut s’y attarder et consacrer les efforts nécessaires à cette cause. »

Un moment fort en émotions pour l’ensemble des congressistes!

Sylvie Lemieux, journaliste La Riposte